Résumés des nouvelles

Ci-dessous les résumés des nouvelles terminées dans leur ordre de production.

Françoise, « Alors, le fleuve a poussé l’horizon et le ciel est devenu immense » :

Un jeune père de famille doit composer avec la dépression post-partum de sa blonde. Il marche jusqu’à la pointe aux Anglais en cherchant un diapason entre son histoire d’amour, son passé d’errance et de voyage, et les paysages qui ont accueilli les moments marquants de son enfance.

 

Camille, « Entre deux anémones » :

Dans un lent rituel, Gaëlle – une jeune mère de famille en dépression post-partum – jette à la mer les effets personnels de Lili, son bébé, dont elle n’arrive pas à s’occuper.

 

Valérie, « Water Lili » :

Lili, maintenant adolescente, se rappelle les événements qui ont entouré le départ de sa mère, Gaëlle, lorsqu’elle était encore bébé. Entre l’absence physique et la présence mémorielle de cette femme qu’elle n’a jamais connue, c’est son histoire à elle qu’elle raconte.

 

Joanie, « Dans la nuit noire » :

Longtemps après l’événement, une femme revient sur à un épisode traumatique de son enfance — la nuit où sa mère prétend avoir été enlevée par des extraterrestres — de même que sur les années qui ont suivi. Existe-t-il une amitié, une expérience, capable de dissiper le doute?

 

Valérie, « À marée haute » :

Quelqu’un hante les deux maisons du bout de la Pointe-aux-Anglais. Observe, dans la pénombre et la solitude, tout ce qui se passe autour. Jusqu’à ce qu’une tempête lui apporte une mystérieuse compagnie : un corps échoué dans la boue.

 

Camille, « Dans les bras de Satie » :

Une musicienne témoigne d’un étrange contrat : un vieillard handicapé l’a engagée pour lui jouer « Vexations » de Satie au piano, toute la nuit, pendant le solstice d’été 2019, à la pointe aux Anglais. Au terme du concert, l’homme mourra dans son fauteuil roulant, avec le dernier soupir de la partition.

 

Françoise, « Huit soleils pour un grain de riz » :

 

 

Joanie, « Toujours en reconfiguration » :

Étendue pour la dernière fois auprès de son amant, une femme se remémore leurs visites nocturnes à la Pointe-aux-Anglais où ils ont, ensemble, observé les corps célestes.

 

Camille, « L’enfant sur le linoléum » :

Une fugueuse de quinze ans en lutte contre ses phobies d’impulsion trouve un lambeau de pyjama sur la berge, à marée basse. L’artefact va rejoindre un cabinet de curiosités improvisé dans son sac à dos. Depuis son départ de la maison, une obsession s’impose particulièrement : la peur de jeter Ludovic, son demi-frère trisomique, en bas de l’escalier, sur le linoléum. Un recueil de poèmes trouvé dans la bibliothèque de survie de l’île aux Amours lui permettra de comprendre qu’elle n’est pas la seule à voir du sang dans sa tête.

 

Joanie, « Tomber » :

Un cinéaste choisit la Pointe-aux-Anglais pour réaliser un court métrage. Le projet, qui explore le vertige du sentiment amoureux, exige que les volontaires embrassent leur vulnérabilité.

 

Camille, « La ménagerie de roc » :

Chaque jour, Régine va nourrir sa ménagerie de roc, sur la grève. Un matin, au retour de sa marche, elle demande à sa sœur aînée, qui en a la garde, de participer au film qu’un cinéaste achève de tourner à la Pointe-aux-Anglais. La narratrice mettra tout en œuvre pour permettre à Régine d’y participer à titre de figurante même si elle est démente.